11 juin 2019 — Boire vrai avec l'équipe oenopole !

BOIRE VRAI AVEC Claudia Cicigoi !

Équipe Oenopole
© Photo Maude Chauvin

Cicigoi c'est uno, la personne avec le nom de famille le plus cool en ville et due, la femme la plus attentionnée au monde. Ceci dit, la mama italiana en elle ne l'empêchera jamais d'avoir du fun et de rocker la piste de danse : elle couche tout le monde chez oenopole, Theo et Sam compris !

Journal Boire Vrai : Comment es-tu tombée dans le monde du vin ?


Claudia Cicigoi : Par la bande. Il y a cinq ans, un cher ami m’a suggéré d’essayer cette voie pendant que je pensais à changer de domaine professionnel. Je lui en suis très reconnaissante depuis !


JBV: Quel a été ton premier contact avec le vin vrai ?


CC : Je me rappelle distinctement des effluves du raisin qui fermentait à la « cantina » chez mes parents. Et quand le raisin avait été pressé, simplement et toujours dans la bonne humeur, mon père préparait déjà l’alambic pour la grappa. Il ne fallait surtout rien gaspiller !


JBV : Comment oenopole est arrivé dans ta vie ?


CC : Un soir de juillet, sur une terrasse. Il faisait beau, il faisait chaud et la Sœur Cadette coulait à flot.


JBV : Quelle a été ta plus belle rencontre vigneronne ? Pourquoi ?


CC : Je suis obligée de répondre à ça ? C’est cruel de poser la question à une fille des opérations ! Sincèrement, toutes les rencontres sont uniques et m’en apprennent tellement sur la réalité de chacun des vignerons et de leurs terroirs.


JBV : Quel a été l'accord met et vin le plus marquant ?


CC : Hatzidakis Cuvée 15 + pieuvre grillée = c’est beau le paradis !


JBV : Si tu avais à travailler la vigne, où irais-tu ?


CC : À Valtellina, en Lombardie, juste pour le paysage (et le fromage) !


JBV : Si tu étais un vin, tu serais lequel ? Pourquoi ?


CC : Un assemblage de plusieurs ?! J’ai de multiples personnalités ;-)


JBV : Quel est ton légume préféré ? Pourquoi ?


CC : C’est quoi encore l’idée d’obliger les gens à faire un seul choix ! Je me rebelle : le rapini pour l’amertume, le radis pour le piquant et l’asperge pour la douceur.

Plus de portraits à venir! En attendant, voici la grande famille oenopole !

© Photo Maude Chauvin