29 novembre 2018 — Auteur.e.s invité.e.s !

CHAMPAGNE 'N CHIPS

Jonah Campbell
Essayist and débauché

It is something of a truism that Champagne goes with everything; we may drink it before and throughout a meal, with a dazzling array of cuisines, to crown a success or sooth us in catastrophic failure, to meet the day or rage against the dying of the light. But something else it goes great with is: chips.

Of course everyone loves the frisson of spiting of the high/low culture divide, but in 2018 we have all had enough wine-and-nineties-hip-hop puns that the cheeky allure has lessened and we can get about the business of enjoying the thing itself. For in spite of its renowned versatility, Champagne shines brightest when paired with relatively straightforward (not to say un-nuanced) flavours.

Like such classics as caviar, smoked fish or fried chicken, chips have a directness that allows one to appreciate the drink without too much tussling over one’s palate.

Of course Champagnes are not all alike, and neither are all kinds of chips equally suited. One would do well with a Lay’s BBQ alongside a brut or higher-dosage bottle, to play the subtle spice and sweetness of the chip off the richness of the wine (I prefer the classic black bag BBQ to the orange bag Old-Fashioned BBQ, but depending on the individual wine your mileage may vary).

Or for the more adventurous, Kettle Korean BBQ, which while tasting basically nothing at all like real gogi-gui, has a meatiness and latent Hoisin quality that recalls the excellence of Peking duck with rosé. For this, the more vinous the wine the better.

Should you be able to get your hands on them, the Spanish-market Ruffles Jamón chips are fantastic with a bracing, bone-dry brut nature, but failing that, the Alfonso Torres Jamón flavour will do more than satisfactorily. You may be tempted by the Torres Selecta Caviar chips, but as great a fan of horrifying simulacra I am, I gotta say: stick with real fish eggs (This is also a good general rule for life).

At the end of the day, though, I’m a simple guy. There is perhaps no keener, quieter (save for the crunching) gastronomic pleasure than a bottle of Champagne and a bowl of plain, salted, ever-so-pedestrian Miss Vickie’s. Not too greasy, nor with too earthy a potato skin flavour, they happily marry with bottles of all vintages and variations, a crisp compliment to the mineral lineage of the terroir. Indeed, for that very quality of versatility, one might be tempted to call them the Champagne of chips.

* * *

Est-ce une sorte de truisme que de dire que le Champagne peut se marier avec n'importe quoi ? On peut en boire pour l'apéro, avec un éventail de cuisines, pour souligner un succès, oublier un échec, pour lever son verre au jour qui se lève ou rager, lorsque meurt la lumière. Cela dit, il y a une autre chose qui se marie particulièrement bien avec le Champagne, et j'ai nommé, les chips.

Évidemment, tout le monde aime le frisson que procure la rencontre de la culture des bas-fonds avec celle du sommet. Toutefois, nous sommes en 2018 et les jeux de mots sur le Champagne et la culture hip-hop des années 90 sont dépassés. On peut finalement profiter de la chose pour ce qu’elle est. En effet, malgré sa polyvalence reconnue, le Champagne brille d'autant plus lorsqu'il est associé à des saveurs relativement simples (pour ne pas dire non nuancées). Comme les classiques – le caviar, le poisson fumé ou le poulet frit – les chips ont un caractère franc qui permet d'apprécier la boisson sans qu’elles prennent trop de place en bouche. Bien sûr, les champagnes ne sont pas tous pareils, et toutes les sortes de chips ne conviennent pas non plus.

L’un ferait bien d'accompagner un sac de Lay's BBQ avec une bouteille de Champagne brut ou avec un dosage plus élevé, question de jouer avec la subtilité épicée-sucrée et l'éclat de la richesse du vin (je préfère le sac noir de Lay’s BBQ classique au sac orange Old-Fashioned, mais bon, selon le vin, votre expérience peut varier).

Ou, pour les plus aventureux, les chips Kettle Korean BBQ – qui n’ont rien à voir avec le vrai *gogi-gui *– ont un goût de viande et de sauce hoisin latent qui rappelle l'excellent mariage d’un canard de Pékin avec du rosé. Dans ce cas, plus le vin est vineux, mieux c'est.

Si vous réussissez à vous les procurer, les chips espagnoles RufflesJamón sont fantastiques avec un champagne au caractère brut, tonifiant et sec, mais à défaut de les trouver, les chips Alfonso Torres Jamón sauront plus que satisfaire votre palais.

Vous serez surement tenté par les chips Torres Selecta Caviar, mais en tant que grand fan d’horribles simulacres, je dois vous avouer : restez avec de vrais oeufs de poisson (c'est aussi une bonne règle générale pour la vie).

Et puis, à la fin, je suis un homme simple. Et j’en conclut qu’il n'y a surement pas de plaisir gastronomique plus aiguisé, plus accompli, plus discret (sauf pour le côté croquant) qu'une bouteille de Champagne et un bol d'oh-combien-banals Miss Vickie's. Pas trop gras, ni trop terreux, pas de goût de peau de pomme de terre trop marqué, ils se marient avec bonheur aux bouteilles de tous les millésimes et de toutes les variations; un complément croustillant à la charge minérale du terroir champenois. En effet, pour cette qualité même de polyvalence, on pourrait être tenté de les appeler le Champagne des chips.